Travaux déductibles : réparation et entretien

A priori, les travaux d'entretien sont à la charge de mon locataire. Les réparations locatives font partie de ses obligations. Si j'y participe et en paye une partie, je ne peux pas prétendre à une déduction de mes revenus fonciers. A trois exceptions près :

  • La réparation est un cas de force majeure pour remédier à une vétusté trop importante du logement. Je peux aussi déduire le coût de travaux réalisés suite à des malfaçons ou des vices de construction,
  • Je trouverai plus facilement un locataire si je fais ces travaux d'entretien. Sauf si je connais mon locataire, qu'il soit ami ou membre de ma famille. Dans ces conditions, je peux faire les travaux mais ne pourrai les déduire de mes revenus fonciers,
  • Je n'ai pas été remboursé par mon locataire de réparations locatives qu'il devait assumer.

Quelques exemple de dépenses de réparation-entretien déductibles :

  • Je fais traiter du bois contre les insectes et les termites,
  • Je participe aux frais d'entretien de l'ascenseur de l'immeuble,
  • Je remplace les canalisations de chauffage central et remet en état les installations électriques,
  • Je répare des murs, des plafonds, des planchers, une toiture...,
  • Je fais des travaux suite à une catastrophe naturelle.

Travaux déductibles : certaines dépenses d'amélioration

Tout pour le confort ! Je change l'équipement de ma salle de bain ou de ma cuisine, je branche le le tout-à-l'égout à ma maison et participe aux frais d'installation de l'ascenseur dans mon immeuble... Je réalise des travaux d'amélioration du confort sans toucher à la structure de mon bâtiment. En théorie, ces frais sont des investissements dans un bien que je possède. Et donc ne sont pas déductibles de mes revenus fonciers. Mais je peux déduire ces frais d'amélioration de mes revenus et baisser mes impôts dans les cas suivants :

  • Si les travaux concernent un local d'habitation,
  • Si les changements facilitent l'accès des personnes handicapées à des locaux commerciaux et professionnels,
  • Si je fais des travaux dans un bâtiment à la campagne.

Pour déduire les sommes dépensées pour l'amélioration de mon logement, je peux choisir entre deux modèles :

  • Soit je les retire directement de mes revenus fonciers,
  • Soit je déduis de mes revenus 10% du coût des travaux, au titre de l'amortissement.

Travaux déductibles : quelques dépenses de construction-agrandissement

Là aussi, les exceptions font la loi ! Je ne peux tirer aucun avantage fiscal de travaux de (re)construction ou d'agrandissement sauf :

  • S'ils concernent une propriété rurale,
  • Si j'ai acheté mon logement en bénéficiant des dispositifs de défiscalisation "Périssol", "Besson neuf" ou "Robien". Dans ce cas, la déduction se fait au titre de l'amortissement.

Quelques exemples de travaux de construction et d'agrandissement :

  • Je transforme un étage de mon immeuble en reconstruisant deux murs principaux et des combles,
  • Je démolis la toiture, les planchers, les plafonds et je modifie les ouvertures pour réaménager totalement mon logement et augmenter le nombre de pièces (47 contre 26),
  • Je refais tous les sols, planchers et plafonds de ma maison et augmente le nombre de pièces de 4 à 6,
  • Je démolis, consolide, des escaliers, des murs et des charpentes.