La taxe d'habitation est un impôt local payé au Trésor public. Elle est ensuite reversée au budget des communes et sert à financer leurs services publics. Avec cette manne financière, ma mairie peut ainsi mettre en place un service de transports en commun (bus, tram, etc.), construire des infrastructures sportives ou encore rénover une crèche.

La taxe d'habitation d'un parking est payée par celui qui l'occupe

Lorsque je suis locataire d'un bien immobilier, je dois m'acquitter de la taxe d'habitation. Les garages et les parkings ne font pas exception, puisqu'ils sont considérés comme une dépendance à un logement.

Cependant, seule la personne qui l'occupe au 1er janvier est redevable de cette taxe. Ainsi, si je loue un parking, je paierai la taxe d'habitation seulement l'année suivante. Pour l'année en cours ce sera au propriétaire du parking de la payer. Par extension, si je résilie mon bail en cours d'année (même le 2 janvier) je devrai tout de même la payer dans sa totalité. Il n'est pas possible de "proratiser" la somme en fonction du temps passé à l'occupation du parking.

Il existe toutefois une exception. Si mon parking et mon logement sont distants de plus d'un kilomètre l'un de l'autre, je suis exonéré du paiement de la taxe d'habitation pour le parking.

Quel est son montant ?

Le montant de la taxe d'habitation est calculé selon la valeur locative cadastrale. Cette dernière représente le loyer annuel potentiel si le bien est loué. A ce montant, chaque commune décide alors d'appliquer un taux d'imposition. En général, son montant se situe entre un à deux mois de loyer.

Quand doit-on la payer ?

Ma commune m'enverra l'avis d'imposition de la taxe d'habitation du parking au cours du mois d'octobre. Je dois la payer au plus tard le 15 décembre. Au delà de cette date, je risque, comme pour les autres retard de paiement d'impôts, une majoration de 10 %.