Une prime optionnelle

Annoncée par le président de la République le 10 décembre 2019, la prime n'est en rien obligatoire. En effet, le chef de l'Etat a bien précisé que le versement de cette prime aux salariés reste bien conditionné à la décision des entreprises.

Les sociétés désirant verser une prime à leurs employés, doivent le faire entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019. De plus, pour être éligibles les salariés ne doivent pas toucher plus de 3 600 euros nets par mois.

Cette prime, versée aux salariés, sera exonérée de toutes charges sociales jusqu'à 1 000 euros. Le premier ministre a indiqué "qu'aucun prélèvement ne sera réalisé jusqu'à cette somme (ni impôt sur le revenu, ni cotisations, ni CSG)".

Également, cette prime défiscalisée ne peut se substituer à une prime ou tout autre avantage qui serait déjà prévu dans les contrats de travail du salarié ou par les accords collectifs signés par l'entreprise. Cette prime peut être versé à tous les salariés, travaillant en entreprise ou pour une association, en revanche, les fonctionnaires ne peuvent pas en bénéficier.

La prime est encadré par un cadre légal, dans la loi sur les " mesures d'urgence économiques et sociales", définitivement adoptée le 21 décembre 2018.