Pas de télévision, pas de contribution à l'audiovisuel public !

Sur ma déclaration d'impôt, il y a les habituelles cases pré-remplies concernant mes revenus, mes placements, mon état civil... Et puis, il y a cette fameuse case concernant la télévision. Je dois alors dire si je possède ou non une télévision dans ma résidence principale.

De ma réponse dépendra le montant de ma taxe d'habitation : c'est elle qui comprend la contribution à l'audiovisuel public, ex-redevance audiovisuelle. Si je détiens un téléviseur, je devrai m'acquitter de cette taxe ; dans le cas contraire, j'en serai exonéré.

Donc, même si je regarde les chaines de la télévision publique (France 2, France 3, Arte ou encore France 24) sur mon ordinateur, je ne serai pas redevable de la contribution à l'audiovisuel public.

Un ordinateur n'est non seulement pas une télévision au sens strict mais n'est pas non plus considéré comme un "dispositif assimilé" à un téléviseur. Ce terme recouvre en plus magnétoscopes, lecteurs DVD, vidéo-projecteurs qui, reliés à un écran, justifient le paiement de la redevance. Toutefois, l'extension de la contribution à l'audiovisuel public aux box internet reste toujours à l'étude, selon une récente déclaration des ministères de la Culture et des Finances.

Cacher sa télévision peut coûter cher

Si l'envie me prenait de tenter de mentir, en assurant que je n'ai pas de télévision mais seulement un ordinateur, je risque quand même gros.

D'abord, des agents des impôts peuvent débarquer chez moi à tout moment au cours des trois ans qui suivent la déclaration sur laquelle ils ont des doutes. Ils vérifieront alors si je n'ai effectivement pas de télévision.

Si je suis de bonne foi, je ne risque rien ; si j'ai menti, je risque une amende de 150 euros qui s'ajoutera à la contribution que je devrai évidemment payer, soit 137 euros en métropole.