Alors que les périodes de soldes vont être réduites de 6 à 4 semaines en 2019, le gouvernement cherchent aujourd'hui à relancer l'intérêt des Français pour les périodes de fortes remises. Pour cela, Bercy a eu l'idée d'instaurer un second "Black Friday" en France. Venu tout droit des Etats-Unis, ce "vendredi noir" en français est le jour de soldes par excellence, qui se déroule le lendemain du repas de Thanksgiving. Le Black Friday crée chaque année de vraies émeutes dans les magasins américains.

En France, fin novembre et pendant plusieurs jours, l'opération est relayée de manière informelle par les commerçants. Des bandeaux noirs envahissent les vitrines des magasins pour inciter les clients à profiter des grosses promotions. Fort de son succès, le gouvernement souhaite ainsi renouveler cette journée, mais cette fois-ci au printemps. Le ministère de l'Économie a notamment évoqué un "événement national type Black Friday".

Les soldes boudés par les Français

Cette initiative a pour seul but d'attirer les consommateurs, qui sont de moins en moins attirés par les soldes. Lors des soldes d'hiver 2017, en 5 semaines, 75,2 % des Français avaient déclarer avoir profité des promotions (38,3 millions d'acheteurs), soit une baisse de fréquentation de 4,4 points par rapport à la même période en 2016, d'après un sondage Toluna pour le magazine LSA. Le site 'Consoglobe', qui avait déjà fait état de ce repli en 2015, explique que ce désintérêt vient du fait que les Français se montrent plus économes mais aussi à cause des ventes privées et des promotions ponctuelles tout au long de l'année. En effet, les opportunités de faire des bonnes affaires se sont multipliées, ce qui a réduit la part de Français effectuant des achats pendant les périodes officielles de soldes.