CEL : une épargne disponible à tout moment

Rendement ou liquidités, il faut choisir ! Contrairement à son cousin PEL, le Compte Epargne Logement (CEL) a un taux d'intérêt (hors prime d'Etat) de 0,5% au 1er août 2015. Il peut évoluer deux fois par an, à la hausse, comme à la baisse. En échange, je peux retirer mon argent quand je veux, sans problème. La seule condition : laisser au minimum 300 euros pour éviter la fermeture de mon compte. Donc si j'ai besoin de grandes liquidités, je devrais ouvrir un nouveau CEL plus tard.

Le CEL facilite l'accès au crédit immobilier

18 mois seulement ! Il me suffit d'attendre un an et demi pour profiter de mon CEL et demander un crédit immobilier. Voilà pour la règle.

Mais il y a des exceptions : le Compte Epargne Logement prévoit des intérêts minimum, donc je devrais attendre plus longtemps si mes intérêts n'ont pas atteint ces minimas au bout des 18 mois. Pour des travaux d'économie d'énergie, un prêt me sera accordé si mon CEL a au moins 22,50 euros d'intérêts. Je dois compter 37 euros pour des réparations et 75 euros pour un projet de construction, ou d'achat de logement. Mon projet concerne une acquisition de maison secondaire ? Pas de problème si mon CEL a été ouvert avant le 1er mars 2011. Dans tous les cas, mon prêt sera de 23 000 euros maximum, à rembourser entre 2 et 15 ans.

Les autres avantages du CEL

Bonne nouvelle : pas d'impôt sur le revenu ! Mais... des prélèvements sociaux (CSG et CRDS).

Ainsi, les intérêts s'additionnent, mais le taux fixé deux fois par an est variable. Le CEL joue donc l'équilibriste ! Et il n'est pas le seul : la prime accordée par l'Etat pour doper mes intérêts est aussi exonérée d'impôt, mais soumise aux prélèvements sociaux. Dans tous les cas, le coup de pouce public ne pourra pas dépasser 1 144 euros.

Solidarité toujours avec la cession des droits à prêts. Les avantages fournis par des intérêts importants peuvent être cédés à des membres de ma famille en quête de liquidités. Une manière de les aider à accéder à la propriété.