Médecin :

Pour 13 % des personnes sondées, la profession de médecin est le job qui séduit le plus. Bien que les études soient longues et exigeantes (9 à 12 ans selon les spécialités), cela ne semble pas repousser les Français, pour qui les médecins ont toujours un statut à part. Les femmes sont plus attirées par cette profession, citée dans 15 % des cas, que les hommes (11 %). Le salaire est aussi un facteur non négligeable. En 2016, en moyenne un médecin (toutes spécialités confondues) touchait 7 925 euros de revenus nets par mois.

Vétérinaire :

Avec 11 % des votes, vétérinaire attire pas mal de monde. Toujours dans le domaine médical donc, mais avec une patientèle plus poilue ou plumée. Il faut également prévoir des études longues (7 ans minimum). Là encore, les femmes sont plus attirées que les hommes par cet emploi (13 % contre 7 %). Ici aussi, les salaires élevés doivent jouer un rôle important, un vétérinaire libéral gagnant en moyenne 6 517 euros brut par mois en 2011.

Acteur :

Passer devant la caméra plaît assez aux Français. Pour 9 % d'entre eux, tourner pour le cinéma ou la télévision serait le choix de carrière privilégié. La perspective de briller à l'écran doit jouer quelque peu dans ce choix. Le cachet moyen d'un comédien se monte à 400 euros par jour. Pour les gros films et les premiers rôles, il peut atteindre, 5 000, voire 10 000 euros par jour, plus bonus selon le nombre d'entrées du film.

Chef d'entreprise :

Si chef d'entreprise n'est pas en soi un métier auquel on puisse être formé, l'idée de diriger une société semble faire son chemin. Pour 8 % des Français c'est même le job idéal. Chez les jeunes de 18 à 24 ans, c'est même le métier préféré. Être son propre patron et lancer un produit révolutionnaire conçu par une start-up innovante suscite l'envie de beaucoup.

Enseignant :

Transmettre le savoir fait également partie des métiers favoris des Français. Comme pour chef d'entreprise, 8 % d'entre eux se rêvent en professeur. Il semble par contre que cette profession attire bien plus les femmes que les hommes. Seuls 4 % des hommes se voient enseigner, contre 12 % des femmes.

Ingénieur :

Comme pour enseignant et chef d'entreprise, les ingénieurs attirent 8 % des Français. Ce métier pouvant couvrir plusieurs spécialités différentes, le métier d'ingénieur demande donc des compétences très variées et peut alors convenir à un grand nombre de profils.

Sportif de haut niveau :

Qui n'a jamais rêvé de faire de sa passion son métier ? Pour 7 % des gens c'est en tout cas une possibilité envisagée. Si l'on sait que percer dans le sport de haut de niveau demande beaucoup d'efforts et de sacrifices, selon le sport, cela peut être extrêmement lucratif. Un joueur de Ligue 1 de football gagne, selon son club, de 20 000 à 470 000 euros par mois ! Mais il y a très peu d'élus.

Président de la République :

On est d'accord, les postes sont très rares. Aussi, le parcours à réaliser pour atteindre la plus haute fonction de l'Etat n'est pas bien défini. Mais, le job de président semble tout de même faire des envieux, et, les hommes se voient plus facilement à la tête du pays (7 %) que les femmes (3 %).

Avocat :

Les vocations qui impliquent de subjuguer le public par les discours dominent la fin du classement. Pour 5 % des sondés, défendre les accusés ou les victimes est un métier intéressant et peut rapporter un bon salaire, estimé, en moyenne, à 6 775 euros bruts par mois. Les écarts de salaire sont importants selon les spécialités.

Astronaute :

Avec ce métier, on finit la tête dans les étoiles. Mais attention, la sélection est très exigeante et demande des capacités physiques proches des sportifs de haut niveau. La formation est longue, se sont souvent des pilotes expérimentés qui deviennent des explorateurs de l'espace. Et en plus, ils gagnent moins que des joueurs de football avec des salaires allant de 6 900 à 7 900 euros bruts par mois.