Les sapins synthétiques, un mauvais bilan carbone

Lorsque l'on achète un sapin en plastique (20 % des arbres vendus à Noël), on pense que son aspect durable fait de lui un atout écologique pour la planète. En effet, nul besoin de décimer les forêts chaque année pour satisfaire nos envies de guirlandes et autres boules.

cependant ce raisonnement est complètement erroné selon une étude, datant de 2009, réalisée par le cabinet canadien Ellipsos, "Évaluation comparative du cycle de vie des sapins artificiels vs les sapins naturels". D'après leurs résultats, le bilan carbone d'un sapin naturel est de 3,1 kg de CO² émis par an, contre 8,1 kg pour un arbre de plastique.

Contrairement aux arbres fabriqués en usine, les sapins naturels, durant leur pousse, absorbent 0,69 kg de CO² par an. Étant donné, qu'ils sont coupés au bout de cinq à dix ans de croissance, cela fait déjà de 3,7 à 7 kg de CO² en moins dans l'atmosphère, contre évidemment zéro pour l'arbre synthétique.

De plus, les sapins naturels ne sont pas arrachés des forêts de façon inconsidérée, mais proviennent, dans leur très grande majorité, de fermes (situées dans le pays d'achat) pratiquant l'agriculture "raisonnée" et participent donc au développement de la faune. Là où les sapins de plastiques sont fabriqués dans des usines à l'autre bout du monde, ainsi, leur conception comme leur transport sont très consommateurs d'hydrocarbures et donc très polluants.

Des sapins recyclables

De plus, les sapins naturels peuvent être recyclés, compostés et servir d'engrais. l'an dernier en France, ce sont 25 000 sapins qui ont ainsi été recyclés. Aussi, 7 % des arbres vendus ont été replantés. De plus si ces chiffres sont déjà assez flatteurs pour les sapins naturels, l'étude se base sur l'idée que les acheteurs garderaient leurs sapins de plastiques pendant au moins six ans, alors qu'en France, ce type de décoration ne dure que trois ans en moyenne, augmentant largement leur empreinte carbone. Si jamais un consommateur garde son sapin synthétique plus de vingt ans, dans ce cas-là, son bilan carbone deviendra positif face à l'achat d'un sapin naturel tous les ans, mais arrivé à cet âge avancé, le sapin de plastique n'aura plus vraiment sa fière allure.